Vierzon / Navigation / Vivre à Vierzon / Culture, loisirs et sports / Culture / Musée

Musée

Présentation des collections l Informations pratiques

Le musée de Vierzon a été créé au début du 20ème siècle pour recevoir des dons et des dépôts d’autres musées. Malgré la fermeture de l’établissement dans les années 60, les collections ont sans cesse été enrichies. Depuis 2002, cet ensemble possède le label "Musée de France" délivré par le Ministère de la Culture.

Aujourd’hui, la volonté de la municipalité est de rouvrir le musée de Vierzon. Dans cette perspective, le projet scientifique et culturel de l’établissement, document définissant la politique globale du musée en matière de conservation des collections et de diffusion auprès des publics, est en cours de rédaction. Le passé industriel de notre cité ainsi que l’histoire ouvrière de Vierzon seront les thématiques du futur musée.

Parallèlement à ce projet, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir, grâce une nouvelle exposition les collections du musée de Vierzon et celles du musée Laumônier.

Présentation des collections

L’exposition est installée dans d’anciens locaux de l’usine Société Française Vierzon, entreprise renommée qui a produit jusqu’en 1958 du matériel agricole réputé (locomobiles, batteuses, etc..) dont les fameux tracteurs SFV.

En 2013, la ville de Vierzon a choisi de mettre en place, au cœur de ce site historique protégé au titre des monuments historiques, une exposition présentant les pièces de ses deux collections muséales : celle du musée de Vierzon liée à l’histoire industrielle de la ville et celle du musée Laumônier liée à l’histoire du chemin de fer en France.

Cette exposition de plus de 1000m² présente aujourd’hui deux siècles d’histoire industrielle et cheminote à Vierzon.

Les collections du Musée de Vierzon

Le musée de Vierzon possède une importante collection qui permet de retracer l’histoire industrielle de la ville aux 19ème et 20ème siècles dans les domaines de la porcelaine, du verre, du grès et du machinisme agricole. Ainsi, au travers de présentations thématiques, régulièrement renouvelées, les visiteurs découvrent l’histoire et le patrimoine de Vierzon.

Après des éléments de présentation sur l’histoire de l’industrie et sur le musée à Vierzon, plusieurs thématiques sont abordées au fil de l’exposition :

L’histoire de la porcelaine à Vierzon À partir de 1815, la première usine de porcelaine s’installe à Vierzon. Ensuite, tout au long des 19ème et du 20ème siècles de nombreuses manufactures vont se développer au cœur de la ville. Ainsi en 1914, la ville comptait plus d’une dizaine d’entreprises. Cette année, l’attention sera tout particulièrement portée sur les productions de la manufacture Hache. La présentation de pièces d’une grande finesse, récemment acquises, vient démontrer une nouvelle fois la qualité de la production de cette manufacture. Cette dernière fut récompensée d’une médaille d’or à l’exposition universelle de 1889, ce qui la place alors parmi les plus grandes manufactures françaises de porcelaine. L’exposition présente également des pièces issues des nombreux autres sites de production de Vierzon soulignant ainsi la vitalité de cette industrie et la diversité des productions.

Verrerie et bousillage : La collection de verre du musée compte deux fonds différents : . les productions industrielles issues des verreries Godefroy et Thouvenin. En 2014, les créations artistiques de cette dernière verrerie sont particulièrement bien mises en valeur avec la présentation de six vases au décor gravé à l’acide. . les pièces de bousillage : il s’agit de pièces fabriquées par les ouvriers-verriers sur leur temps pause et qui démontrent le savoir-faire et la créativité de ces hommes.

Les sculptures d’Eugène-Henry Karcher (architecte-statuaire) : Ensuite, comme une pause au sein de cette histoire industrielle, nous présentons trois oeuvres en bois sculpté d’Eugène-Henry Karcher. Cet architecte-statuaire orginaire d’Angers a réalisé, entre 1929 et 1935 à Vierzon, le square Lucien Beaufrère. Il s’agit d’un rare exemple de jardin Art Déco classé Monument Historique. Ces trois œuvres en bois, exceptionnellement prêtées par la famille de l’artiste, témoignent de la maîtrise technique et de la grande sensibilité de ce sculpteur. Ces œuvres uniques sont également un excellent support pour inciter les visiteurs à découvrir, une fois la visite de l’exposition terminée, notre remarquable jardin.

La manufacture de grès flammés Denbac : Eugène-Henry Karcher a collaboré plusieurs fois avec la manufacture Denbac. C’est donc tout naturellement que l’exposition se poursuit avec l’évocation de la production de cette manufacture vierzonnaise de grès flammés qui a fonctionné entre 1909 et 1952. Cet atelier a produit des objets utiltaires ou décoratifs en grès, où selon les créations et les époques, les influences de l’art Nouveau ou de l’art Déco apparaissent. Cette année, les vases aux formes géométriques et aux lignes épurées caractéristiques de l’art Déco ainsi qu’une partie du bestiaire produit dans les ateliers de René Denert et René Louis Balichon seront privilégiés dans la présentation de cet atelier vierzonnais.

De manière complémentaire, sont également exposées d’autres pièces en faïence et en grès produites par des manufactures vierzonnaises notamment Berlot-Mussier, Gueule et Bouvier.

L’école nationale professionnelle (ENP) de Vierzon : Cet établissement, devenu par la suite lycée Henri Brisson, fut la première École Nationale Professionnelle en France. Ouverte en 1887, elle a formé dans ses différents ateliers un grand nombre d’élèves, les Vierz’Arts. L’histoire de cet établissement prestigieux est évoquée par l’intermédiaire de quelques objets symboliques tels que le buste d’Henri Brisson, les outils utilisés pour la pose de la première pierre, une casquette d’élève, un cahier d’atelier, des outils et par des créations d’anciens élèves issus des différentes sections de l’établissement : menuiserie, céramique, fonderie, etc.

Vierzon, capitale du machinisme agricole : En 1848, Célestin Gérard s’installe à Vierzon à proximité de la gare. Ce menuisier de formation, entrepreneur inventif va mettre au point de nombreuses machines agricoles. D’autres hommes suivent son exemple et Vierzon devient au début du 20ème siècle, un centre majeur de productions de machines agricoles : locomobiles, batteuses, tracteurs, etc. La marque Société Française Vierzon bien connue de tous les passionnés de tracteurs fait la réputation de la ville à travers l’ensemble de la France. L’exposition évoque, au cœur du site où cette industrie est née, l’histoire de cette activité à Vierzon. La présentation de machines agricoles provenant des différentes usines vierzonnaises permet de découvrir la riche histoire locale de cette industrie.

Mémoire Industrielle de Vierzon : Tout au long du parcours de visite, des panneaux explicatifs fournissent aux visiteurs des renseignements historiques. De même, la diffusion de petits films sur le savoir-faire des ouvriers vierzonnais réalisés par des ethnologues de l’université de Tours offrent un éclairage différent sur cette histoire vierzonnaise.

Les collections du musée Laumônier

La position géographique de Vierzon en a fait un point de croisement de deux voies ferrées très importantes : Paris-Toulouse et Lyon-Nantes. L’arrivée du chemin de fer à Vierzon, il y a 150 ans fut des plus laborieuses. Tout d’abord Paris-Juvisy fut ouvert en 1840, puis Paris-Orléans le 7 mai 1843. Cette section de ligne prolongée jusqu’à Vierzon, fut terminée en décembre 1845 mais ne fut ouverte au service que seulement 18 mois après, c’est-à-dire le 20 juillet 1847.

Depuis, aux locomotives à vapeur s’accrochent les wagons de l’essor industriel et du développement économique de Vierzon. Cette collection ferroviaire s’est constituée grâce à la passion de Raymond Laumônier : né en 1919 à Montluçon, il entre au chemin de fer le 1er octobre 1936, au dépôt de Montluçon qu’il fréquente jusqu’en 1944. Il débute sa carrière comme apprenti vapeur et devient chef du Dépôt de Vierzon. En 1904, l’établissement possède 60 locomotives. En gare et chaque jour, 70 trains passent régulièrement. Le triage débranche 2100 wagons en 24 heures.

A la grande époque de la vapeur, un mécanicien et un chauffeur étaient associés pour des années. Le mot « Equipe » n’était pas vain pour ces deux hommes et les repas étaient partagés dans le corps de garde. Pour un aller et retour de Vierzon à St Germain des Fossés avec une « Pacific », il fallait faire brûler six à sept tonnes de charbon dans le foyer pour arriver à faire bouillir et vaporiser 60 m3 d’eau, on comprend aisément qu’au retour ces hommes n’avaient qu’une envie : savourer un repos bien mérité. C’était la grande époque de la traction vapeur ! Replongez-vous, petits et grands, dans ce que fut la passionnante aventure de cette fabuleuse mécanique. Ainsi vous revivez l’histoire du chemin de fer à travers une collection unique de dessins, affiches des compagnies et de cinéma, modèles réduits au 1/11 ème et 1/20 ème, outils, découverte des métiers, maquettes, réseau HO, réseau JEP, photos, signalisation, film et petits matériels.

Informations pratiques

Coordonnées :
11, rue de la Société Française
18 100 Vierzon
Tél : 02.48.71.10.94
patrimoine@ville-vierzon.fr
www.ville-vierzon.fr
Coordonnées GPS : Lat. 47.224887 / Long. : 2.060135

Tarif : entrée gratuite

Horaires :
De mai à septembre :
du mardi au dimanche de 14h à 18h
et le samedi matin de 10h à 12h

D’octobre à avril :
du mardi au samedi de 14h à 17h30
et le samedi matin de 10h à 12h

Exposition fermée en janvier et début février.

Une visite guidée à 15h30 (1h15 environ)

Un espace boutique

Photographies autorisées
Accès handicapés et parking à proximité

Télécharger la plaquette ->ici

© 2010 Ville de Vierzon - Hébergé par Oxyd / Spip est un logiciel libre distribué sous license GNU/GPL / Site optimisé pour Firefox